Le Relais

Club d’escalade de Saint-Boniface
DLM 2019
Journal de Cyril Parent

Le 28 juillet 2019

Après un avant-midi de conduite en mangeant du délicieux pain à la banane de Donna, notre hôtesse de « couch surfing » de Medicine Hat, nous arrivons au lac Louise vers 13h30. Il y a énormément de gens et de voitures. Des randonneurs sont déjà à leur exercice préféré de longues marches sur les sentiers des environs. Oh zut, il n’y a pas de terrain de camping de disponible au lac Louise. Nous partons à la recherche d’un terrain, premièrement à Mosquito Creek où il n’y a rien de disponible, et ensuite aux sites le long du Bow Valley Parkway. Tous les sites sont pris, et quelques terrains interdissent les tentes à cause d’une maman grizzly et ses petits dans les environs. De l’autre côté de la route, ouf, nous réussissons à décrocher le tout dernier terrain à Castle Mountain. Nous installons nos petites tentes, le chez nous pour les prochains sept jours. Bon, ça de réglé, nous allons rencontrer la gang à l’auberge de jeunesse de lac Louise. Très sympathique gens aventureux qui nous offrent vin et spaghetti à volonté, merci André et Carol. Il en reste pour les lunchs du lendemain. Où allons-nous demain ? Quelle piste dévaler ? Après une interminable discussion avec dix différentes opinions, André tranche, nous irons à Upper Victoria. Comme je suis le nouveau venu, ça sera la découverte, j’en suis très emballé. Nous terminons la journée avec une petite marche digestive, et c’est le retour au camping pour Anne-Claire et moi. À demain, l’aventure commence!

DLM 2019 -1

 

Le 29 juillet 2019

Nous nous rendons au lac Louise pour le petit déjeuner. Oops, raté le petit déjeuner, mais avons quand même pu apprécier un café et une tartine. En voiture jusqu’au stationnement de lac Louise, pour un départ à 8h pour le glacier Victoria. Halte et repos à la maison de thé après 8 km de montée, que c’est beau ! Et on continue la grimpe vers le glacier. Il y a beaucoup de neige à traverser, quelle formidable randonnée. Je me sens en super forme, nous sommes au sommet à 11h. Lunch et prises de photos jusqu’à 12h. Et on entame da descente. Oh, la la ! Je me rends vite au bout de mes forces, j’ai les muscles qui sont mal entraînés pour la descente qui est parfois très raide. Merci à l’équipe pour leurs
encouragements et leur patience. Je me rends compte que l’âge et le manque d’entraînement affecte mes limites. Enfin de retour au gite, ou Anne-Claire nous prépare un super « stir fry » de légumes. Roland a déjà préparé sa légendaire salade. En résumé, ce fut une formidable journée avec de l’aventure, un test d’endurance, et de magnifiques paysages panoramiques au sommet du lac Louise. C’est très différent et impressionnant d’apprécier le lac Louise, cet icône de tourisme canadien, qui apparait si petit vu d’en haut. Merci pour cette occasion de découvertes très spéciales, avec un groupe formidable de randonneurs.

DLM 2019 -2

Le 30 juillet 2019

Le lever, comme les autres jours est à 5h, et un bon café nous attend au gite, thanks Paul. Départ à 7h30 pour se rendre au stationnement et de là, à la marche vers le sommet Fairview. Très belle première étape, une variété de fleurs vibrantes de couleurs nous émerveillent tout le long du sentier. Rendu au panneau indicateur, le choix se fait. Une partie du groupe se sent d’attaque pour la montée jusqu’au sommet, quand même un impressionnant 9000 pieds d’altitude. Anne-Claire et moi décidons de bifurquer vers la vallée Sheol. Bon choix, les vues sont splendides, et la piste est bordée de mélèzes de toutes les tailles. Une vraie belle ballade dans les bois sur le flanc d’une raide colline offrant des vues cartes postales de montagnes, de glaciers, de petites cascades, et de profondes vallées à perte de vue. Je suis très satisfait de la descente car les jambes ont tenu le coup sans y laisser les genoux. Au retour, un repas gastronomique extraordinaire nous est servi : Salade de Roland, suivi d’haricots verts succulents, de longe de porc barbecue exceptionnel, et de petites pommes de terre au four, merci Thérèse et Paul. Merci pour une autre superbe journée en bonne compagnie.

DLM 2019 -3

Le 31 juillet 2019

Aujourd’hui, on attaque le glacier Stanley. On se rend en voiture au petit stationnement sur la route 93 dans le parc Kootenay. Anne-Claire et moi arrivons en retard, donc nous commençons la montée 1h après les autres. Cela nous a donné l’occasion de monter à un rythme accéléré, très bon pour le cardio. Nous nous rejoignons en route juste à temps pour le lunch, des restants de la veille, froid et délicieux. Wayne se rend plus loin à faire une boucle en solo, et nous entamons la descente. Très visible est le résultat d’un ancien feu de forêt, les petits pins rouges poussant avec frénésie parmi les grands mâts de troncs calcinés. Quelle forêt cela aurait dû être auparavant. Les pousses moins hautes nous permettent d’admirer les sommets de ces majestueuses rocheuses que nous apprenons à apprécier et à aimer. C’est un amour incontournable qui nous saisit au coeur à jamais. Après une baignade d’après-midi dans les bains sulfureux de Banff, avec décontraction bien méritée de muscles tendus, nous retournons au gite pour un succulent repas Ukrainien de perogies et de koubassa, avec tous les extras, merci Robyn et Erica. Au dodo, yipes, demain le lever est à 3h!

DLM 2019 -4

Le 1 août 2019

La grosse journée ! Lever à 3h15 et sur la piste à 5h00. C’est étonnant comme les stationnements se remplissent vite, nous avons eu pratiquement les dernières places. Nous partons, lampes frontales allumées, pour la col Wenkchemna. La piste commence au lac Moraine, et en montant nous offre de splendides vues du bleu jade du lac que l’on peut apercevoir tout en bas. Après une dizaine de virages en épingles, nous arrivons sur le flanc de la montagne, dans le gravier et les plus gros cailloux. Oh, que c’est beau. On ne se lasse jamais des vues des Rocheuses, les pics massifs, les glaciers et névés qui agrémentent les sensations fortes que nous offre ces paysages majestueux. Il y a aussi les fleurs qui se pointent et offrent une panoplie de couleurs et de formes. Cette piste a de tout, y inclus des forêts de mélèzes, pins et épinettes, des près sur les flancs remplis d’herbes et de fleurs, des coulis de gravier, et des névés de neige à traverser. Enfin au sommet du col, les vues des vallées des deux côtés sont spectaculaires. L’élévation est de 2611 mètres. Un petit vent glacial nous oblige à sortir nos gants et bonnets d’hiver. C’étant rassasiés des vues offertes, nous redescendons vers le lac Moraine après 9h sur les pistes. Quelle journée formidable.

DLM 2019 -5

Le 2 août 2019

Encore une journée exceptionnelle. Merci pour cette aventure. Le départ vers 8h30 se fait à quatre randonneurs pour Cory Pass. Roland et Paul font une partie de la montée et redescendent, c’était leur intention de faire qu’une partie de l’excursion. Anne-Claire et moi décidons de continuer et de faire toute la tournée. Nous n’avons pas été déçus ! Ce fut une belle montée en forêt, suivi d’étroits sentiers le long des falaises de cailloux, et enfin Cory Pass avec toute la communauté de randonneurs, au moins une cinquantaine qui se reposent au sommet. De l’autre côté du col, wow, quelle beauté stupéfiante de pics tout autour de nous, aucun arbre en vue, que des massifs rocheux, quelques-uns d’un doré éblouissant peint par le soleil. Et, on descend dans la rocaille longeant les falaises, pour enfin faire le tour du mont Edith, cette montagne que l’on doit contourner pout retourner au stationnement. La dernière partie du trajet se fait dans une forêt de pins rouges, et d’épinettes. Vers le bas nous retrouvons les trembles et de gigantesques pins. Après 7h30 de marche, nous arrivons au stationnement, satisfait d’avoir accompli une superbe randonnée. Merci Anne-Claire de m’avoir accompagné et inspiré de poursuivre cette aventure.

DLM 2019 -6

Le 3 août 2019

Aujourd’hui on attaque les glaciers. Athabasca, here we come ! C’est tout nouveau pour moi, les crampons, les grosses bottes, le baudrier et toute l’équipement nécessaire pour la glace tel corde, pics, vis à glace etc., bref, une vraie ceinture de cowboys. Et hélas l’équipement a bien servie. Nous avons trouvé une belle crevasse et avons installé le système de rétention, et chacun notre tour avons descendu la crevasse. Quel défi pour moi qui est à mon premier essai. Et puis, nous montons plus haut sur le glacier. Il fait froid, nous sommes tous en gants, bonnets, manteaux d’hiver et doubles pantalons. Et tout à coup se révèle à nous, Eureka, la crevasse parfaite avec trou d’une 15e de mètres de profondeur. De la glace pure et bleue. Les habitués d’escalade de glace en bavent. C’est une trouvaille exceptionnelle pour eux, avec un défi de taille à savoir comment apprivoiser ce trou vertical aux petits rebords, et aux poches concaves. Chacun s’essaye sauf moi qui n’a pas l’expérience nécessaire. Ils en raffolent tous. Quelques moments de tension se sont fait sentir lorsque la première à descendre se trouve à l’envers, avec la cascade qui lui coule sur le visage et les vêtements. De belles histoires à raconter au retour. Ce soir est le dernier repas ensemble, on se dit aurevoir, et nous partons pour notre petit camping. Merci pour cette semaine intense de sensations incroyables, à découvrir la montagne. Longue vie à DLM.

DLM 2019 -7